:anna: De nombreux PVs sont attendus avec impatience ! :anna:
Bienvenue sur Arkham Showdown, jeune chauve-souris !
Introduction de l'Intrigue n°1: ici !
N'oubliez pas de voter pour nous sur les Top-sites pour ramener des copains !

Partagez | 
 

 Des échardes que l'on s'arrache {Flashback} ▬ Éléanor&Anna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Anna Reynolds
GCPD - INSPECTRICE

♤ Messages :
5
♤ Date d'inscription :
07/03/2017
♤ Avatar :
Caroline Dhavernas

♤ Âge :
33 ans

♤ Double(s) Compte(s) :
Minouwoman


MessageSujet: Des échardes que l'on s'arrache {Flashback} ▬ Éléanor&Anna    Lun 31 Juil - 3:50

Anna & Éléanor

« What a wicked game you play to make me feel this way. »

Elle était là, endormie au milieu du lit. Les draps blancs plissés qui recouvraient son corps avec nonchalance traçaient un chemin agréable depuis le sol jusqu’à son nombril, épousant ses courbes mélodieuses.  Elle était là, elle était belle. Divine femme éclairée sous les lueurs striées du store entrouvert qui venaient refléter sur sa peau une douce couleur orangée.  Appuyée contre la tête de lit, Anna esquissa un sourire tout en profitant de l’œuvre d’art qui s’offrait devant ses yeux avec une cigarette entre les doigts. Elle tira un coup, puis releva la tête et recracha lentement la fumée blanche qui chemina jusqu’au plafond pour ne former plus qu’un nuage dissout. Elle ramena un bout du drap contre sa poitrine nue. Leurs vêtements semés au sol depuis la porte de la chambre jusqu’au matelas, une chaussure par ci-, une chaussure par-là.

Elle était là, profondément plongée dans ses rêves. La nuit avait été tardive pour les deux amantes qui s’étaient laissées emportées par l’ivresse de la nuit et des boissons. Une soirée mondaine, surement, dans les hauteurs de la paisible Gotham qui se remettait doucement de ses blessures. Elles avaient fêté tout et rien, principalement le succès littéraire de l’Irlandaise. Dansé à en perdre pieds et bu avec toute l’ivresse du monde. Les choses qui revenaient à la normale peu à peu, les cauchemars des souterrains qui s’effaçaient, le bonheur qui revenait. Ces temps-là avaient été durs pour tout le monde, certains les avaient mieux gérés que d’autres.  L’inspectrice pour sa part, avait appris à gérer les drames assez tôt pour que celui-ci n’imprègne pas trop son humeur. Tout semblait aller parfaitement bien. La régence militaire était terminée, Clarice était à la tête de la ville pour redorer toutes ses noirceurs, sa carrière ne pourrait pas mieux aller, et elle se trouvait aux bras de la femme la plus belle au monde. Elle se trouvait finalement bien chanceuse de ce revirement de situation qui avait tout d’idyllique.

« Bonjour mon amour. » Elle avait écrasée sa cigarette dans le cendrier sur la table de chevet, et s’était rapprochée de son amante pour lui murmurer doucement ces mots. Son corps épousant la forme du sien, elle entoura sa taille de son bras pour la presser contre elle tandis qu’elle lui déposait délicatement une ligne de baiser depuis son cou jusqu’à ses hanches. « Tu as bien dormi ? »  A l’aide de son deuxième bras, elle s’appuya la tête pour écouter et mieux regarder Eléanor sortir de ses songes. Qu’elle était belle, sa rouquine ! Elle regrettait presque de devoir se lever. On était déjà avancé dans la journée, et l’inspectrice devait se rendre au travail pour terminer de régler quelques affaires. Avec amertume, elle abandonna finalement sa beauté somnolente pour se glisser dans la baignoire et se préparer à partir travailler. Elle ressortit finalement de la salle d’eau en boutonnant le haut de son tailleur blanc, ses cheveux encore à moitié humides. Sa touche de rouge, cette fois-ci, seraient ses souliers rouges et ses lèvres. « Je devrais être rentrée dans trois heures. Ils ont besoin de moi pour l’affaire de Vincentini, mais ca ne sera pas bien long. On a fait le tour des connaissances actuelles, c’est juste pour faire le point. »

Anna poussa un soupir agacé. Elle n’aimait pas que les enquêtes piétinent le béton. Mais elle ne pouvait faire autrement que d’assister à des réunions qui refaisaient exactement le même bilan d’avancement qu’hier, une semaine ou bien le mois dernier. Elle se dirigea vers Eléanor pour lui souhaiter une bonne journée, lorsque son téléphone dans sa main vibra longuement, comme pour lui rappeler son retard et lui fit tourner les talons vers la porte. « C’est Bullock. Il s’impatiente. » Elle haussa les épaules, puis envoya un baiser à son amante avant de fermer la porte derrière elle.  « A tout à l’heure ! »

Elle était là, mais elle n’existait plus.

Tout ce que j'aime je brise.

Code by Fremione.

_________________

I never know goodbyes
The only thing I know is these walls have eyes.
I see birds flying V.
You.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Eleanor O'Neill
DÉTECTIVE PRIVÉE

♤ Messages :
28
♤ Date d'inscription :
26/04/2017
♤ Avatar :
Hayley Atwell

♤ Âge :
33 ans
♤ Statut :
Écrivaine à succès, ex-enquêtrice pour la GCPD, collaboratrice de l'Alliance Irlandaise et Détective Privée
♤ Localisation :
En train de faire parler d'elle


♤ Double(s) Compte(s) :
Jack Napier (Joker)


MessageSujet: Re: Des échardes que l'on s'arrache {Flashback} ▬ Éléanor&Anna    Sam 16 Juin - 1:46

Anna & Éléanor

« What a wicked game you play to make me feel this way. »


Elle avait rêvassé longtemps, partagée entre le monde des songes et celui plus cruel de la réalité. Les paupières clauses, la respiration tranquille, la jeune femme n’était pas prête à affronter la vie et son soleil éclatant. Peut-être est-ce le vin de la veille, mais il lui semblait que les draps étaient lourds comme du plomb et qu’échapper à Morphée n’était ni voulu, ni possible. Dans ses songes, Éléanor avait trouvé la suite logique de leur merveilleuse soirée. De grandes robes de bal, des rires amicaux et le brillant de mille lumières qui tournoyaient autour de sa bien-aimée. Pourtant, malgré l’idylle de son rêve, elle ne put résister à la voix d’ange qui vint chatouiller ses oreilles et aux lèvres aventureuses qui vinrent frôler sa peau. « Mmh... » marmona-t-elle encore à moitié dans les vapes. « Oui… J’ai rêvé de toi. C’était magique. » fini-t-elle par répondre alors que les mots de sa compagne faisaient leur chemin dans sa tête somnolente. Qu’elle heure pouvait-il bien être ? Était-ce si important de se lever ? À l’instant, blotti contre son amante, il lui semblait que toutes ses autres occupations et responsabilités n’étaient que des broutilles encombrantes. L’idée de la convaincre de rester était tentante, mais c’était aussi un jeu piquant, car le crime n’attendrait pas que les deux jeunes femmes soient parfaitement reposées pour agir.

À travers ses boucles auburn, l’écrivaine afficha une moue déçue lorsque la brune s’échappa de l’emprise tentatrice du lit. Le devoir appelle et il appelle souvent quand on travaille à Gotham City. Éléanor lui envoya un baiser de la main alors que l’inspectrice fit son chemin jusqu’à la salle de bain. Quant à elle, elle comptait bien profiter de sa journée de repos bien mérité et ne bougea pas d’un pouce alors qu’Anna faisait sa toilette. Toujours enroulée dans les draps à son retour, la policière se redressa sur ses coudes pour l’admirer de la tête au pied, sans vergogne ou gêne. Son regard coquin fut vite remplacé par un sourire sarcastique à la mention de « juste pour faire le point. » C’était rarement si simple, surtout concernant ce cher Vicentini, même Brody en avait long à dire à son sujet... Des paroles qu’elle se gardait bien de mentionner à sa compagne cependant. « À mon avis, tu en as pour tout l’avant-midi… Ou l’après-midi ? » Éléanor fronça les sourcils, soucieuse de l’heure qu’il pouvait être tout à coup. Le fait de voir Anna prête pour sa journée lui donnait l’impression qu’elle devrait surement s’y mettre aussi. Finalement, vaincue par le gong, Éléanor laissa la brune s’échapper de leur petit nid d’amour. Tout en lui faisant signe de la main, Éléanor étouffant un bâillement de l’autre. Pour sa part, c’était la cafetière qui hurlait son nom.

Dans sa flemmardise matinale, la jeune femme trouva peu d’intérêt dans l’art de se vêtir convenablement. Pour une fois, les caprices de la mode semblaient perdre de leur influence sur la belle qui avait l’impression d’avoir la tête dans un brouillard. L’envie d’aller aux cuisines en peignoir lui effleura l’esprit, mais Eleanor n’était pas certaine d’être seule au manoir. Une brise d’air, un ou deux mômes de Madame le Maire qui passe en courant, sans parler du mari, et elle se ferait gronder. De ce fait, elle attrapa une simple robe noire aux motifs géométriques blancs qu’elle enfila sans collant et sans chaussure. Nu-pieds sur les grands tapis de la demeure, elle descendit le grand escalier, puis finit par mettre la main sur une bonne dose de caféine. Au passage, elle attrapa une des pâtisseries qu’elle avait apporté de l’établissement de ses parents la veille. Armée de son petit déjeuner, elle se mit alors à déambuler dans les couloirs silencieux, réalisant très vite qu’il n’y avait personne dans la demeure. Éléanor n’avait jamais été une fille très timide ou même prude et, où qu’elle aille, elle prenait rapidement l’habitude de faire comme chez elle ou presque. Toutefois, Clarice et son mari étaient des figures quelque peu intimidantes, surtout pour une femme comme elle, une femme qui aimait jouer sur plusieurs échiquiers à la fois. L’ombre d’une reine restait une menace de taille!

Passant la tête dans l’embrasure des portes, elle s’assura de sa totale solitude avant de remonter à l’étage réservé à la cadette des sœurs Reynolds. Elle engloutit les restes de son petit déjeuner, déposa sa tasse de café sur la table de chevet de la chambre, puis attrapa son téléphone ainsi que son sac. À pas de loup, elle se dirigea vers le bureau de sa compagne. Il lui avait semblé que la porte était resté entrouverte durant son inspection et, maintenant qu’elle avait plusieurs heures de libre devant elle, pourquoi ne pas prendre de l’avance sur ce rapport qu’elle devait encore à Brody ?  C’était devenu un peu comme une seconde nature, une seconde peau, dans laquelle l’écrivaine se dénudait de toute émotion. Elle ne le faisait ni par méchanceté ni par cruauté, seulement pour combler son vice monétaire toujours plus grand. Avec le temps, la rouquine s’était convaincue qu’elle ne faisait rien de mal. Qu’elle était différente de toutes les vipères qu’elle avait envoyé derrière les barreaux. Elle n’était pas seulement mieux qu’eux, elle était plus intelligente et plus astucieuse. L’écrivaine s’était tellement tissée de mensonge qu’elle avait fini par s’aveugler elle-même, ignorant l’épée de Damoclès au-dessus de sa tête.

Alors que ses doigts effleuraient les tiroirs d’Anna, elle ne se doutait pas qu’une voiture se garait dans l’entrée. La fin approchait, dans ses escarpins rouges et ses lèvres carmin, et elle apportait une tempête avec elle... Toutes ces intrigues, ces dossiers qu’elle dissimulait dans son sac ainsi que les photos compromettantes qui s’accumulaient dans son téléphone, tout cela n’était que des éléments de plus dans un immense château de cartes. Une œuvre qui risquait de s’écrouler à tout moment si Éléanor ne faisait pas autan preuve de discrétion et de prudence. Sauf qu’aujourd’hui, les choses se passaient différemment. Aujourd’hui, Éléanor réalisa qu’elle n’était pas la seule qui avait un jardin secret. Ses yeux clairs s’écarquillèrent alors que la belle posa la main sur de vieilles coupures de journaux dissimulés dans un livre de la bibliothèque. Sa bouche s’ouvrit sous la surprise, mais aucun son n’en sortit alors qu’une profonde tristesse figea ses traits fins. Incapable de détourner les yeux, la policière scrutait le contenu des articles datant de plusieurs années ; « DEUX SCIENTIFIQUES RETROUVÉS MORTS DANS LEUR MAISON », « UN COUPLE SAUVAGEMENT ASSASSINÉ : DEUX FILLETTES SURVIVENT AU MASSACRE », etc. Les mots en noir sur blanc firent leur effet alors que la stupeur lui fit baisser sa garde. Encore sonnée de cette révélation sur le passé de son amante, Éléanor n’entendit pas la voix d’Anna qui l’appelait au loin. Quelque part dans la maison, une horloge tiqua avant de sonner. Ses coups lugubres couvrirent le son des pas de l’inspectrice qui approchait et, d’une certaine façon, soulignait funestement la déchéance de leur amour.

Code by Fremione.

_________________

You.
I messed up and now you're gone. I thought I did my best. It was nearly good enough but all that effort I guess, it didn't add up to very much. It hurts me when you call. I hate the way your thinkin'. I could have so easily had it all, I could've had everything. This perfect life I'm in, screwin' myself over, I could've had everything.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Des échardes que l'on s'arrache {Flashback} ▬ Éléanor&Anna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» RP flashback en 1623
» Touche à ma fille, je t'arrache les dents [PV Maestro]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arkham Showdown ::  :: Les Rues :: Les Habitations-