:anna: De nombreux PVs sont attendus avec impatience ! :anna:
Bienvenue sur Arkham Showdown, jeune chauve-souris !
Introduction de l'Intrigue n°1: ici !
N'oubliez pas de voter pour nous sur les Top-sites pour ramener des copains !

Partagez | 
 

 Until the end ▬ Jonhattan & Laura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Until the end ▬ Jonhattan & Laura   Dim 12 Mar - 20:50
Je tremble au moment de passer la troisième. Ma main tremble, de petites secousses incontrolables, qui rendent ma prise moins assurée. Je lève mon avant-bras devant moi, devant le volant. Elle tremble. Un tout petit peu. Mais elle tremble. Fait chier. Je sais pourquoi elle le fait, mais tant pis. Je n’y peux rien. Ma voiture éclaire le « Flying Dutch », une vieille taverne à la limite de Chinatown. C’est un endroit qui ne paie pas de mine, mais où j’ai mes habitudes depuis des années. Il fut un temps où les bureaux fédéraux de Gotham n’étaient pas si éloignés de ce quartier, et avec les collègues, on aimait bien se détendre autour d’une mousse dans ces bars hauts en couleurs, moins dangereux que ceux des quartiers de l’Uptown. Nos femmes étaient rassurée. Parce qu’ici, il y avait moins de chances qu’une fois grisés par l’alcool, nous ne nous lancions dans une bagarre avec les sales types qui peuplaient d’autres endroits… Le « Flying Dutch » jouissait d’une proximité assez grande avec les routes habituelles de patrouilles de la police. Tout n’y était pas rose, mais ce n’était pas un des repères de l’underground à Gotham. Pourquoi venais-je ici ? Je n’avais pas de collègues avec qui boire une bière.


Mais la journée avait été dure, malgré tout. La nuit passée, j’avais tué, et ça avait été sans doute la fois la plus éprouvante depuis que j’avais commencé à faire ça. Pour la première fois, mon masque avait reflété toute l’horreur de la mort à ma victime, qui s’était débattue, qui ne voulait pas du tout mourir. Pire, celle-ci n’était pas tout à fait étrangère au métier des armes. Une ancienne anarchiste, qui avait combattu un temps pour Bane il y a quelques années et elle savait se servir d’une arme. Elle avait résisté un moment et ça m’avait éprouvé, même si ma résolution était toujours intacte. Sa résistance m’avait atteint pas tant dans ses compétences en self-défense ou en maniement du couteau, mais parce que pour la première fois, je ne voyais aucun désir de retrouver l’être cher dans ses yeux. Je savais que ce que je faisais était juste, mais ces hurlements avaient rejoint ceux de bien d’autres victimes dans mes songes, quand j’avais essayé de trouver le sommeil en début d’après midi. Je m’étais réveillé, couvert de bleus dont un violent sur l’épaule, où j’avais mangé un coup de tuyau en PVC pile sur l’articulation, et j’avais dû reprendre les points que j’avais posé sur la blessure au couteau que j’avais reçu sur le côté de l’abdomen. Et j’avais pris la décision de m’aérer un peu. Mirror n’a que les limites que je lui impose. Et pour qu’il n’en ai aucune, j’avais besoin de relâcher la pression, et de soigner mes fantômes.


Plus d’une fois durant la demie-heure de voiture, je me retournais un peu vivement, Jen ou Tabi pianoter sur leurs portables. Et c’est aussi comme ça que l’impression d’être suivi s’imposa peu à peu à moi. Avais-je manqué de précautions en retournant à la maison, aux aurores, après en avoir fini avec ma victime ? Je ne pensais pas. J’étais un professionnel, un ancien des opérations spéciales. Je l’aurais vu. Quoi, alors ? Est-ce que j’étais vraiment suivi ?


Je me sentais plus vieux, plus contusionné et plus seul que jamais. Arrivé au Flying Dutch, je constatais que la soirée était calme. Tant pis pour les apparences, je m’asseyais au bar et commandais un double whisky, sec. Un irlandais. Le barman me salua d’un signe de tête et me servit. Je le sirotais, effleurant du bout des doigts, par-dessus ma veste de cuir, les bords de ma blessure sur le flanc. Je terminais un premier whisky, en commandais un second. Par moments, j’entendais les commentaires, ressassais les vieilles plaisanteries de mes frères d’armes, comme s’ils étaient à mes côtés. Je me surpris plus d’une fois à sourire, à une blague salade de Robert ou de Tom. Plus d’une fois, je sentis la douceur du contact des mains de shandra sur mes épaules, comme quand on allait boire un verre ici, avant d’aller au cinéma. Le dessous de verre renvoie mon reflet. Est-ce vraiment à ça que je ressemble, aujourd’hui ? Est-ce vraiment ce que voient mes victimes, quand le tueur au miroir vient leur rendre leur dernière visite ?


Qu’est-ce que je verrais, à leur place ?


Mes fantômes s’éloignèrent quand je sentis à nouveau quelque chose. Vague sentiment. Sixième sens du mec qui est habitué aux opérations en territoire ennemi, où chaque ombre, chaque reflet, est le signe probable de la présence de quelqu’un qui vous veut la peau.


Je commandais un troisième verre. Et me tournais sur ma droite. Plusieurs places plus loin, une jeune femme. Jean, bottines, veste en cuir. Blonde, aux yeux verts. Je ne l’ai jamais vue. Seule aussi. Je fais signe au serveur, qui connaît ce genre de raccourcis. L’inconnue est resservie, et quand le barman lui dit que c’est de ma part, j’esquisse un vague salut, l’index et le majeur contre le front.



| Une jeune femme aussi belle que vous ne devrait jamais boire toute seule. |


Je me lève du tabouret et viens m’asseoir à côté du sien.


| Jonathan Mills. J’ai l’impression que nous nous sommes déjà vus… ? |


Je lui jetais un regard en coin, lui tendant ma main.
Revenir en haut Aller en bas
 

Until the end ▬ Jonhattan & Laura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la fiche de Méline Laura
» Angela Laura Trinity [Pouffy]
» Laura et le secret d'Aventerra
» Chroniques de la Tour de Laura Gallego Garcia
» La quête de l'insurmontable Laura [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arkham Showdown ::  :: La Tombée du Rideau :: Archives RP-