:anna: De nombreux PVs sont attendus avec impatience ! :anna:
Bienvenue sur Arkham Showdown, jeune chauve-souris !
Introduction de l'Intrigue n°1: ici !
N'oubliez pas de voter pour nous sur les Top-sites pour ramener des copains !

Partagez | 
 

 « Coffee first. Death later. » feat. Vicki Vale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Jack Napier
THE JOKER

♤ Messages :
350
♤ Date d'inscription :
03/10/2013
♤ Âge :
38 ans
♤ Statut :
Recherché plus mort que vif
♤ Localisation :
Dans l'ombre







MessageSujet: « Coffee first. Death later. » feat. Vicki Vale   Mer 8 Mar - 2:23
« Coffee first. Death later. »  

Vicki Vale & Jack Napier

       
C’était un espace de verdure comme on n’en trouvait plus beaucoup dans les grandes villes de nos jours. Un parc certes modeste en comparaison au Robinson Park, mais de quoi plaire aux familles venues déguster des marrons chauds près de la fontaine en pierre. Une poignée d’arbres parmi les édifices et les boutiques, une oasis de paix pour les sportifs venus y courir et les enfants qui lançaient des balles à leurs chiens. En regardant les amoureux qui s’y baladaient main dans la main malgré le froid de l’hiver, on en oubliait presque les épisodes tragiques des quatre dernières années. Fut un temps - un temps béni ! – où les buissons cachaient des voleurs et des taches de sang auraient bruni la végétation. C’était une époque de terreur qui avait fini par s’éclaircir, du moins, c’est l’impression que donnait la belle Gotham depuis quelque temps. Serait-on enfin sur la voie de la guérison ? Ce tableau presque naïf renvoyait cette conclusion à ceux qui voulaient bien la voir. N’était-ce pas beau ce soleil timide entre deux nuages ? Et cette grand-mère là-bas sur le banc qui, d’un geste tendre, nourrit les pigeons ? Ne venez pas me dire que ce n’est pas idyllique comme journée ! Seulement, les apparences sont bien trompeuses. En effet, cette gentille vieille dame n’est pas aussi innocente qu’elle en a l’air puisque sous son chapeau de velours orné de plume, son manteau de fourrure défraîchi, sa tunique à motif de fleurs et son foulard bourgogne, se cache un criminel qui savoure une matinée à l’extérieur. Joker n’a pas honte de se déguiser ainsi. Qui soupçonnerait une mamie d’être un psychopathe en puissance ? Personne. C’était un plan infaillible ! Les gens ne s’intéressent jamais suffisamment aux autres pour s’inquiéter d’une vieille dame seule sur son banc. Et encore moins pour comprendre que, sous ce foulard opaque, deux grands sillons étiraient un sourire meurtrier.

« Petit, petit, petit… » dit-il avec une voix étrangement aiguë tout en lançant des miettes de pain aux volatiles. Autant dire que mémé à l’air de souffrir d’une pneumonie avec une voix pareille ! Il s’en fiche bien : Joker est mort. Son problème c’est plutôt qu’il est à l’étroit dans son cercueil. C’est bien joli d’être en cavale, mais à force de fuir la lumière du jour et de s’enfermer chez soi, on finit par rapidement tourner en rond. Au niveau de l’isolation, il a bien assez donné avec ses années dans une cellule à Arkham ! De là à dire que le spectacle des pigeons qui se dandinent soit un divertissement digne de ce nom… Pas tout à fait. Il n’est pas encore tombé si bas. En vérité, le malfrat relève de temps en temps la tête pour observer l’intérieur d’un café situé de l’autre côté de la rue. À travers la vitrine, on peut voir la file de clients qui attend impatiemment leur boisson chaude avant d’aller travailler. Les hommes en costume regardent fréquemment leur montre pendant que les ados pianotent sur leurs téléphones, mais le clown sans peinture ne s’intéresse qu’à une seule personne : la jolie brune qui vient d’être appelée à la caisse. Le balafré la regarde se saisir du gobelet avec un gros VICKI en feutre écrit dessus. Celle-ci ne semble pas réaliser qu’un des employés n’est pas le même que d’habitude. Ce matin, le remplaçant a ajouté un petit supplément dans la caféine, le genre de petit extra dont on ne profite qu’une fois. Et oui, Joker à tout vu depuis son banc de parc puisque l’employé mystère est arrivé ce matin dans une voiture noire qu’on reconnaîtrait entre mille. Après tout, lorsque Monsieur Vicentini rencontre ses ''amis'', il fait surtout dans le traditionnel. Vous connaissez le petit tour de voiture qui se finit dans la Downtown ? Ou à la morgue. Cela dépend de votre réponse.

La vieille dame se lève donc de son poste d’observation, faisant mine d’avoir du mal à porter sur ses jambes et s’appuie sur sa canne. Elle va vers la rue qu’elle traverse avec une lenteur qui exaspère les chauffeurs qui sont, heureusement, trop polis pour klaxonner une pauvre mamie. Elle monte difficilement sur le trottoir pour finalement entrer en collision avec une journaliste qui sort précipitamment du café d’en face. La pauvre vieille manque de tomber à la renverse et s’appuie sur le cadre de la porte pour ne pas tomber, les yeux exorbités de surprise. « Ô SEIGNEUR ! Toutes mes excuses mon enfant ! Comme je suis maladroite ! » Le café, dans son vol plané, éclabousse quelques personnes au passage, mais tous s’en sortent indemnes. Enfin, vu l’air blême du nouveau caissier, peut-être pas tous. Mamie-Joker sort alors un mouchoir en tissus de sa poche et, de ses mains gantées, tente d’essuyer les habits de son interlocutrice. Derrière son foulard, elle se confond en excuse.  « Permettez que je vous en rachète un, c’est la moindre des choses ! » Dans le parc, les pigeons tombent comme des mouches. Il faut croire qu’il n’y avait pas que le café qui était empoisonné...


FICHE PAR ROMANOVA

_________________

I look inside myself and see my heart is black. I see my red door, I must have it painted black. Maybe then I'll fade away and not have to face the facts. It's not easy facing up when your whole world is black. No more will my green sea go turn a deeper blue. I could not foresee this thing happening to you. If I look hard enough into the setting sun. My love will laugh with me before the morning comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Vicki Vale
GOTHAM GAZETTE

♤ Messages :
38
♤ Date d'inscription :
18/02/2017
♤ Avatar :
Jessica Alba

♤ Âge :
35 ans


We were like moths drawn to the flame and burned




MessageSujet: Re: « Coffee first. Death later. » feat. Vicki Vale   Jeu 22 Juin - 16:01
« Coffee first. Death later. »

Vicki Vale & Jack Napier

       
Les habitants virent ce jour-là une vieille voiture arpentée les rues ensoleillées de Gotham city. Ceux qui se connaissent en automobile se retournèrent lorsqu’ils aperçurent cette vieille Bentley. Ils savourent ce qu'ils voient et sont impressionnés par son état relativement bien préservé. Ils plissent les yeux en s'évertuant à voir le conducteur, mais les vitres teintées les empêchent. S’ils faisaient des recherches sur cette voiture, ils apprendraient tellement d'histoires, toutes plus merveilleuses les unes que les autres. Le jour de sa construction remonte à bien longtemps, un acheteur particulièrement enthousiaste fut son premier acquéreur. En 1923, elle était la seule de son village et tous enviaient son propriétaire. Il avait tant économisé et dès qu'il posa ses mains sur le volant, il sut qu'elle était faite pour lui. Elle prit de l'âge à ses côtés, vieillissant avec les enfants de son conducteur. Elle en avait entendu des choses, parcourue des kilomètres pour emmener sa famille en vacances, elle avait consommé des litres d'essence et morte dans un accident, emmenant avec elle son conducteur trop enivré. C'est son fils aîné qui récupéra sa carcasse et décida de lui redonner vie. Vingt ans après sa construction, elle reprit un nouveau départ, avec son nouveau conducteur. Il la choyait, tout comme son père avant lui. Elle fut la première à découvrir la femme qu'il allait épouser, la première qui la vit en robe de mariée, la première à voir l'enfant qu'elle mit au monde sur sa banquette arrière. Et puis ce fut à son tour de prendre soin d’elle. Cette voiture était l’héritage de la famille Vale, elle avait tant vécu. Mais dans une ville telle que celle-ci, rien ne perdurent vraiment. Le jour où cette grande ville perdit son protecteur ailé, cette voiture fit voler et disparut. Plus de parents, plus d’héritage, seul un nom de famille qui n’avait plus autant de prestige qu’auparavant.  

Assise devant son bureau encombré par tout un tas de dossiers, une tasse de café à la main, la journaliste souriait. Elle l’avait enfin retrouvé. Son regard ne pouvait plus se porter sur autre chose, seule cette petite feuille comptait. La voiture de son père était toujours à Gotham, mais appartenait à des personnes peu fréquentables. La récupérer serait difficile, il lui faudrait un certain temps, mais elle ferait tout pour regagner son héritage. Cela faisait très longtemps qu’elle souriait autant, c’était une véritable victoire et pour une fois, elle n’avait pas mis sa vie en jeu. À nouveau frigorifiée, elle alla se préparer un autre café, mais le paquet était vide. Tant pis, elle allait faire comme d’habitude, se tenir à sa routine qu’elle essayait de rompre. Chaque jour, elle devait racheter un paquet de café, mais passait toujours au petit café du coin. Vicki était angoissée, anxieuse à l’idée d’être retrouvée par Matteo et pour gérer cette peur constante, elle buvait beaucoup de caféine.

Dans la file d’attente, elle se perdait dans ses pensées. Elle avait retrouvé sa voiture, mais comment allait-elle faire pour la récupérer ? La file était incroyablement longue, mais peu lui importait, tout ce qui comptait, c’était son plan abracadabrantesque. Une fois qu’elle paya, elle sortit en trompe, mais se percuta contre une veille SDF. La petite dame emmitouflée sous un tas de vêtements se confondait en excuses. Mais ce n’était rien en échange de Vicki qui se sentait vraiment honteuse : « Non, ne vous excusez pas, c’est entièrement de ma faute, je ne regardais pas où j’allais, je suis vraiment désolée. Je ne vous ai pas brûlé ? ». Le liquide fumant se déversait sur le trottoir et s’excusa du regard auprès des passants. Pendant ce temps-là, la petite dame sortit un mouchoir de sa poche et l’aida à se nettoyer, mais cela la gênait d’autant plus : « Ça va aller, ne vous inquiétez pas, ça partira au lavage » dit-elle le sourire aux lèvres. Plus tard, elle lui proposa de lui offrir un café, ce que Vicki accepta volontiers, mais ça n’était pas à elle de payer, à la caisse, ça serait la journaliste qui lui offrirait une boisson chaude.

Vicki l’aida à entrer dans le café et lui sourit gentiment, la gentillesse manquait dans cette ville. « Quel sera votre poison ? » dit-elle sur un air ironique. Se présenter, c’était ça qu’elle avait oublié de faire, mais allait-elle se présenter avec sa véritable identité ? Oui, parce qu’elle oubliait à chaque fois de se nommer autrement : « Je suis Vicki ».


Spoiler:
 

FICHE PAR ROMANOVA

_________________

    we were like moths drawn to the flame and burned « Comme une étoile amarante, omme un papillon de nuit, je vole au dessus des ombres. Des fantômes tristes et gris, s'il faut se noyer, se fondre, dans le silence et l'oubli, pour le bonheur d'une seconde, je préfère payer le prix. Comme un papillon de nuit »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Jack Napier
THE JOKER

♤ Messages :
350
♤ Date d'inscription :
03/10/2013
♤ Âge :
38 ans
♤ Statut :
Recherché plus mort que vif
♤ Localisation :
Dans l'ombre







MessageSujet: Re: « Coffee first. Death later. » feat. Vicki Vale   Dim 13 Aoû - 22:44
« Coffee first. Death later. »  

Vicki Vale & Jack Napier

       
C’était un jeu d’acteur un peu risqué. Le choix du personnage était peut-être la faille dans son plan improvisé puisque la journée pouvait se terminer de deux façons uniquement ; soit il serait démasqué très vite, soit l’idée que la vieille dame fut un criminel endurci était suffisamment loufoque pour ne pas effleurer l’esprit de la journaliste. Joker comptait sur la deuxième option, ça, et le fait qu’il ne pensait pas non plus prendre d’autres risques inutiles. Il était là pour flairer un peu d’information et, pourquoi pas, sauver la vie de la jeune femme au centre de ses intérêts. C’est que ce cher Monsieur Vicentini commençait à s’impatienter ! Il n’avait jamais été un homme très patient, même du temps où c’était son père qui était responsable de la mafia italienne. Joker en sait quelque chose puisque les Italiens n’étaient pas les plus emballés face au besoin de s’allier à sa bande de clowns pour défaire Dent et l’homme chauve-souris. Pour l’heure, il n’y avait que cette étrange grand-mère, la journaliste et le poison qui s’écoulait doucement sur le trottoir. Le liquide marron suivait les craques dans le trottoir jusqu’à la bouche d’égout la plus près et s’y déversa simplement. Voilà, la mort passait son chemin.

« Non, non, vous ne m’avez pas brulé très chère. Merci de vous en inquiéter! » De son mouchoir à motif de pois, Mamie-Joker tentait d’essuyer les traces du liquide sur les vêtements de la jeune femme, visiblement soucieuse d’y trouver une tâche. Ensuite, la fausse dame accepta le bras que lui tendit la brune pour entrer dans le café et la suivit en clopinant légèrement. Joker devait se courber pour ne pas excéder la taille normale d’une grand-mère, ce qui rendait le personnage un peu bossu par moment.« Poison ? Oh oh ! Vous en avez des drôles d’expressions vous les jeunes ! » dit-il avec un petit ricanement. Faute de se retenir de rire, il n’allait tout de même pas sortir du rôle ! Derrière le comptoir, l’employé de Vicentini échappa une pile d’assiettes propre dans un grand vacarme. Il avait dû les entendre. C’est sûr qu’une menace du chef de la mafia ça doit pas vous calmer les nerfs ! « Un thé au jasmin s’il vous plait. » Joker suivit le jeune homme fautif du regard, espérant qu’il n’aurait pas à trouver une autre combine si c’était encore lui qui leur servait à boire. Il allait devoir ébouillanter combien de gens aujourd’hui ? « Vicki ? Quel charmant prénom ! Je m’appelle Jacqueline. Enchantée de faire votre connaissance mon enfant. Depuis le décès de mon époux, je trouve cela terriblement triste d’être assise seule à une table. Vous voulez bien me tenir compagnie ? » Jacqueline avait pris un ton suppliant, mais sans attendre la réponse de sa voisine, elle alla s’installer à une table loin des fenêtres. On n'est jamais trop prudent...

En attendant que la journaliste arrive avec les boissons et s’installe avec elle, la vieille dame fouilla dans son sac à main en velours. Elle prit un petit miroir de poche avec lequel le criminel replaça sa perruque discrètement, puis le déposa sur le coin de la table de manière à épier les mouvements de l’empoisonneur derrière le comptoir. Heureusement, trop occupé à ramasser les éclats d’assiettes cassées, il n’avait pas eu le temps de toucher aux verres qu’on venait de déposer devant Vicki. Lorsque la demoiselle se joignit à elle, Jacqueline lui adressa un petit sourire et la remercia en prenant possession de son thé. Grâce au maquillage de scène qui couvrait ses cicatrices et ses traits masculins, le balafré ne fut pas gêné de baisser un peu foulard qui lui avait jusqu’à présent couvert une partie du visage. « Les gens sont si pressés de nos jours qu’ils ont besoin de café pour les faire bouger encore plus vite ! À force d’aller si vite, ils ne prennent pas le temps d’apprécier les petites choses de la vie. Vous n’êtes pas d’accord ? D’ailleurs, on ne vous attend nulle part j’espère ? »


FICHE PAR ROMANOVA

_________________

I look inside myself and see my heart is black. I see my red door, I must have it painted black. Maybe then I'll fade away and not have to face the facts. It's not easy facing up when your whole world is black. No more will my green sea go turn a deeper blue. I could not foresee this thing happening to you. If I look hard enough into the setting sun. My love will laugh with me before the morning comes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Coffee first. Death later. » feat. Vicki Vale   
Revenir en haut Aller en bas
 

« Coffee first. Death later. » feat. Vicki Vale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» /Citoyen/ Vicki Vale
» Vicki Vale journaliste
» Le passé, le présent...deux mondes différents [Vicki Vale] {TERMINE}
» Vicki Vale
» Commande Death at Koten

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arkham Showdown ::  :: Burnley-